Inauguration du premier laboratoire numérique en anatomie et cytologie pathologiques Grand Est


Une première au CHU de Reims et pour la région Grand Est

Innovation tant au service du diagnostic que de la recherche en intelligence artificielle (IA) et des conditions de travail des professionnels, il a été installé au premier semestre 2024 et financé en partie par l’Union européenne, la région Grand Est et l’Agence régionale de santé Grand Est. Ce dispositif numérique, rendu performant grâce à l’expertise de nos professionnels, va permettre de répondre à des objectifs d’attractivité, de rayonnement et de développement de la recherche.

Lames

biologiste

 

| Une offre de soins territoriale renforcée en pathologie 

LNPath est le laboratoire numérique en anatomie et cytologie pathologiques porté par le CHU et premier du Grand Est, a été développé pour permettre la numérisation de l’activité réalisée par le laboratoire de pathologie avec l’ambition de créer une plateforme régionale de pathologie numérique, East-iPath. Pour atteindre cet objectif des investissements ont été nécessaires comprenant une infrastructure informatique (serveurs, réseau, hébergement, ...), des numériseurs de lames, et des postes de travail nécessaires aux cockpits diagnostiques.

Désormais les lames de verre, qui sont supports des coupes histologiques issues des prélèvements (tissu tumoral ou non, cellules, techniques de FISH, Fluorescent In Situ Hybridation, et d’immunofluorescence, …), sont numérisées. Ces lames numériques sont ensuite hébergées et distribuées vers des cockpits diagnostiques pour analyse par les médecins anatomo-pathologistes. Cette profession, capitale pour déterminer le diagnostic de pathologies comme le cancer et les traitements à envisager, compte parmi les métiers hospitaliers en tension. La numérisation améliore les conditions de travail des pathologistes qui reçoivent les images en haute définition dans un environnement numérique de pointe. Cette transformation numérique innovante permet d’améliorer la précision diagnostique grâce à des outils de mesure, de comparaison et à l’opportunité d’utilisation des outils d’IA d’aide à la prédiction diagnostique ou pronostique. Ces outils n’étaient pas disponibles sur les microscopes classiquement utilisés pour le diagnostic anatomopathologique. Cela va également faciliter la collaboration entre les différents médecins de la région permettant d’optimiser les flux de travail de cette discipline en tension et ainsi de répondre aux besoins du territoire. 

| Découvrez le laboratoire numérique en vidéo 

 

 

| East-iPath, l’ambition d’une plateforme régionale de pathologie numérique

Fort de la mise en place de LNPath, le CHU propose la fondation d’une architecture de plateforme permettant l’accueil, l’hébergement et la mise à disposition de lames numériques provenant d’autres laboratoires de pathologie, du Grand Est ou d’ailleurs.
Ainsi, en s’appuyant sur East-iPath, les laboratoires de pathologie peuvent focaliser leurs investissements sur les numériseurs et cockpits diagnostiques en bénéficiant de l’expertise informatique de la plateforme pour l’hébergement, la mise à disposition et l’utilisation d’outils basés sur l’IA grâce à des capacités de calcul. 

Cette organisation en plateforme est un modèle de pathologie numérique permettant l’accélération du déploiement pour les laboratoires. C’est aussi une économie substantielle en termes d’investissement pour les laboratoires partenaires au regard de l’économie d’échelle constituée par la mutualisation de l’environnement informatique et des expertises attenantes.

Scanners

 

 

Logo IIAS

 

En savoir plus sur l'Institut de l'intelligence artificielle en santé : cliquez ici

 

| Un levier pour développer la recherche et la formation

En plus de l’amélioration du diagnostic en faveur des patients, le laboratoire LNPath devient un outil déterminant pour l’enseignement. La création d’une bibliothèque de lames numériques va enrichir les contenus pédagogiques et faciliter la diffusion des images notamment à destination des étudiants en médecine renforçant la formation initiale tout comme la formation continue des professionnels. C’est aussi le socle de nouveaux outils et méthodes pédagogiques à destination des étudiants de second et troisième cycles (internes) des études médicales pour leur permettre un apprentissage encore plus performant. 

L’amélioration de la qualité diagnostique pour les patients est également fortement liée à la recherche et particulièrement au développement d’algorithmes d’IA permettant une aide précieuse à l’analyse des images de pathologie numérique. Ces algorithmes d’IA requièrent, pour être entraînés, des images numériques. Ainsi, LNPath s’inscrit parfaitement dans le pôle innovation et de recherche en IA du CHU de Reims et de l’université de Reims Champagne Ardenne (URCA), constitué par l’Institut d’intelligence artificielle en santé. Cet écosystème intègre en effet les images numériques provenant de LNPath, les données de santé provenant de RHEDS, l’entrepôt de données de santé hospitalier, d’un centre de calcul dédié aux données de santé et, surtout, des expertises en IA indispensables.  
LNPath, en lien avec l’IIAS, est donc en mesure de développer et proposer de nouveaux outils d’IA, validés par les experts en anatomie pathologique, qui participeront à l’amélioration continue de la qualité diagnostique.

 

| Un projet soutenu par l’Union européenne, la région Grand Est et l’Agence régionale de santé Grand Est

Le coût total de ce projet, représente un investissement de 1 891 755 €, dont 1 026 960€ financés par la région Grand Est et le Fonds européen de développement régional et 750 000 € financés par l’Agence régionale de santé Grand Est.

 

 

 

 

 

>> En savoir plus sur le pôle de biologie : cliquez ici

 

 

 

Mots-clés : FEDER, LNPath, anapathologie, anatomie, caroussel, cytologie, laboratoire numérique, pathologie